MYCORHIZES ET BRF

L'utilisation des mycorhizes et du BRF (Bois raméaux fragmentés) sont des méthodes alternatives de fertilisation.

Mycorhizes

Définition

C'est une association symbiotique entre certains champignons et la plupart des plantes vasculaires.

Source : Biologie végétale, Peter H. Raven, Ray F. Evert et Susan E. Eichhorn, Traduction de la 6e  édition, de Boeck

Il se forme une association entre le champignon et les racines de la plante. Le champignon attaché aux racines étend ses hyphes (on peut les visualiser comme des racines de champignons) dans le sol sur plusieurs centimètres. Ceci augmente d’autant plus la surface de sol d’où la plante peut tirer l’eau et les nutriments. De plus, le champignon est en mesure d’aller chercher certains nutriments dans le sol qui serait autrement vraiment difficile à la plante d’obtenir. En échange, la plante fournit des sucs formés lors de la photosynthèse au champignon. De cette façon tout le monde est gagnant… le jardinier aussi!

Les mycorhizes ne sont pas un fertilisant en soi, par contre ils augmentent grandement l’absorption des éléments nutritifs par la plante. Vous pouvez trouver des mycorhizes sous forme de poudre dans les jardineries.


BRF (bois raméal fragmenté)

Le BRF est généralement utilisé comme paillis.

Par contre il occasionne des carences en azote lorsqu’utilisé seul.

Selon Jacques Hébert, jardinier pépiniériste de Charlesbourg, il est possible d’utiliser le BRF en association avec un précompost de BRF rempli de champignon symbiotique. Ce qui vous donnera un sol autofertile. Donc plus besoin d’ajouts d’amendements chaque année, mis à part de renouveler le paillis de BRF tous les ans ou lorsque nécessaire. L’humidité y serait également constante, il ne serait donc plus nécessaire d’arroser.

Source : Dynamique de vie des sols

La méthode

Délimitez vos planches de culture. Assouplissez le sol et prenez la terre des allés pour relever vos planches. Montez vos planches de culture à un minimum de 20 cm et un maximum de 30 cm de hauteur en y incorporant le précompost de BRF. Ceci permettrait d’évacuer l’excès d’humidité lors de forte pluie. Plus de 30 cm n’aiderait pas, puisque la perte d’humidité serait trop importante et les plantes en souffriraient. Dès la planche terminée mettre le paillis de BRF pour ne pas que le sol reste à découvert. En fait, le sol, même celui des allés, ne doit jamais être à découvert pour ne pas endommager la vie du sol. Lorsque vous récoltez, assurez-vous de bien recouvrir à nouveau le sol qui aurait été dénudé.

 

La méthode d’Émilia Hazelip

C’est un peu le même principe que la méthode avec le BRF, soit que le sol n’est jamais travaillé, que l’on n’ajoute plus d’amendements et que le sol n’est jamais laissé à découvert (sauf au printemps).

La méthode

On délimite les planches de cultures et on ramène la terre des allés sur celle-ci pour augmenter la hauteur. On recouvre les planches terminées avec un paillis organique. Le tout recouvert de paille. Au printemps, on retire la paille pour permettre au sol de se réchauffer plus vite avant les semis.

Lors de la récolte, on prend soin de couper la plante en laissant les racines dans le sol pour qu’elles se décomposent (sauf les légumes-racines, évidemment) et en mettant les parties aériennes sur la planche comme paillis. De cette façon, le sol se nourrit de lui-même. En tant que biologiste, je vais mettre un petit bémol ici. Si vous laissez des parties de plantes malades sur place, vous propagerez la maladie. Il serait donc souhaitable d’éliminer toute plante malade.

Vous pouvez visionner le film Le jardin d’Émilia pour en savoir plus.